Le Software as a service (SaaS), ou logiciel en tant que service en français, a énormément évolué ces dernières années. Ce concept récent qui permet aux entreprises d’accéder à un logiciel professionnel à distance plutôt que de l’acheter et de l’installer connaît un succès grandissant. Mais quels sont les avantages et les inconvénients d’un tel système ? Où en est actuellement le développement du SaaS ?

Qu’est-ce que le SaaS ?

Une solution Software as a Service est un mode de connexion à distance à un logiciel. Ce dernier est à la fois hébergé et exploité en dehors de l’entreprise par une organisation tierce. Pour accéder à un programme à distance, seule une connexion internet et un ordinateur sont nécessaires. Aucun programme ne doit être installé au préalable. La facturation en mode Software as a Service se fait sous la forme d’un abonnement couvrant la connexion au programme et l’ensemble des services souscrits par l’entreprise.

L’évolution rapide du SaaS

La première solution à distance a été créée au début des années 2000. À cette époque, le système était encore très rigide et cloisonné, imaginé dans l’objectif de répondre à un seul secteur professionnel. Depuis, il a évolué à tel point qu’il peut couvrir tous les corps de métiers et connecter aussi bien les ressources humaines que les processus financiers ou encore les solutions d’approvisionnement, de marketing et de vente. Son déploiement à grande échelle, très rapide, a permis le développement de nouvelles applications métiers performantes, le tout à une tarification toujours plus compétitive et avec un système d’information toujours plus complet. En 2019, les revenus dégagés par le SaaS ont atteint près de 100 millions de dollars, soit une progression d’environ 30% par rapport à l’année précédente. Le système Software as a Service génère aujourd’hui près de 90% des revenus mondiaux du Cloud.

Avantages du SaaS

Ce mode de connexion à un logiciel à distance offre de nombreux avantages aux entreprises :

  • Pas d’application ou programme à installer sur les ordinateurs de l’entreprise ;
  • Les données sont directement stockées dans le cloud ;
  • Le déploiement est très rapide, de l’ordre de quelques heures contre plusieurs mois pour une solution logicielle “classique” ;
  • Les applications sont mises à jour automatiquement ;
  • L’application est accessible partout et tout le temps avec un ordinateur et une connexion internet ;
  • L’évolution de l’offre se fait à la demande en fonction des besoins de l’entreprise à un instant T ;
  • La tarification est prévisible et généralement plus avantageuse que l’achat et le déploiement d’une application traditionnelle.

En BtoB (business to business), la démarche du SaaS s’avère particulièrement adaptée pour les logiciels déjà fonctionnellement matures et dédiés à des secteurs d’activité précis (verticalisation). Ceux-ci peuvent ainsi profiter des solutions dématérialisées pour importer les bonnes pratiques métiers au sein des applications. Des logiciels comme le PLM ou l’ERP, par exemple, sont de plus en plus verticalisés. On voit de nombreuses offres de cloud-based PLM ou d’ERP full Cloud se développent !

Limites du SaaS

Le mode SaaS présente aussi un certain nombre de limites qui devront prochainement être résolues afin de permettra à ce système d’information de se déployer plus généralement dans le monde des entreprises :

  • La dépendance de l’entreprise auprès du fournisseur du Software as a Service, puisque c’est ce dernier qui héberge toutes les données de l’entreprise ;
  • La difficulté à changer de prestataire en cas de litige ou de dépôt de bilan ;
  • La tarification qui peut, en fonction des besoins et de la taille de l’entreprise, être supérieure à celle de l’achat d’un logiciel ;
  • Le développement limité de certaines fonctionnalités spécifiques liées à une application métier bien précise.

Le SaaS est un marché qui se consolide année après année, à tel point que les revenus tirés de cette solution battent tous les records de prévisions. Avec des fonctions toujours plus innovantes telles que la portabilité des données, l’analyse intégrée ou encore les processus métiers interconnectés, ce système a encore de très beaux jours devant lui !