La performance est, pour certaines entreprises, comme la ligne d’horizon : plus celle-ci avance, plus celle-là recule. Le plus souvent, la dispersion organisationnelle ou communicationnelle est à l’origine des mauvais résultats. A cet égard, on se souviendra de ce qu’affirmait avec justesse le philosophe Denis Diderot : « Celui qui disperse ses regards sur tout ne voit rien, ou voit mal ». Si la dispersion entrepreneuriale pouvait se justifier au XVIIIe siècle, elle est difficilement concevable à l’ère de la digitalisation des processus. En ce sens, le Business Process Management est un outil essentiel pour optimiser l’organisation, gagner en performance et améliorer la compétitivité.

1. Les notions de BPM et de BPMN 2.0

a) Le BPM

Le BPM, acronyme de Business Process Management, peut être traduit par la notion de “gestion des processus métiers”. Il s’agit d’une approche consistant à analyser et à expliquer les procédures mises en œuvre par l’entreprise à l’occasion de la réalisation de ses activités. Cette démarche s’intéresse à toutes les étapes des activités, des flux entrants jusqu’au résultat produit, et s’appuie sur la digitalisation des processus, ainsi que leur modélisation au moyen d’une solution informatique. Plus concrètement, il est question de représenter de façon modélisée les actions et échanges, pour rendre plus lisible le fonctionnement de l’entreprise.

b) Le BPMN 2.0

Dans sa version standardisée, le BPMN 2.0 – pour Business Process Model Notation – offre, selon une norme internationalement reconnue, une modélisation graphique des procédures métiers d’une activité. Cette solution informatique permet d’envisager l’ensemble des actions potentielles d’une entreprise de façon complète et simplifiée, par le biais d’une notation graphique.

2. Une performance limitée par les solutions traditionnelles

Il résulte de la dispersion des échanges de données des problèmes liés à la qualité, à la perte d’informations, à l’absence de traçabilité, ou à des retards qui nuisent à la performance de l’entreprise. N’avez-vous jamais égaré des données dans le cadre d’un partage sur Excel via serveur FTP ? N’avez-vous pas rencontré des difficultés dans le cadre d’un travail collaboratif sur ce type de support ? La réponse est assurément positive, compte tenu de l’évolution des besoins et des limites de ce type de logiciel. A l’heure du Règlement général sur la protection des données, les problématiques sécuritaires relatives à la perte des informations méritent une attention particulière. La migration vers un tel modèle est, par conséquent, l’unique moyen de structurer les flux et d’améliorer les échanges.

3. Le Business Process Management au miroir de la performance

Les solutions BPM (Business Process Management) ont été conçues pour apporter une visibilité complète du fonctionnement de l’entreprise, d’en déceler les difficultés et in fine d’améliorer la performance. Par l’analyse précise des différentes procédures mises en œuvre dans l’entreprise et l’identification des tâches répétitives ou chronophages, des enchaînements illogiques et coûteux, des écueils en matière communicationnelle, la gestion des processus métiers est à même de structurer les échanges et de fluidifier les procédures. Il confère de surcroît l’avantage de répondre rapidement aux besoins d’évolution et d’adaptation de l’entreprise.

4. Le BPM ou le pari d’une stratégie de gestion efficiente

Les bénéfices générés par l’utilisation d’un Business Process Management sont nombreux tant pour l’entreprise que pour ses clients. Pour l’entreprise, cette stratégie, grâce à l’analyse des processus et workflows, permet de concentrer les efforts sur les tâches à plus forte valeur ajoutée, tout en améliorant les conditions de travail des collaborateurs. Partant, elle est le gage d’une plus grande productivité et, donc, d’une croissance financière. Pour les clients, la structuration des processus améliore la qualité des prestations et, donc, leur satisfaction. En somme, adopter le BPM ou le BPMN 2.0 c’est faire le pari de la réussite de toute part.