1. L’avènement de l’«e-tourisme»

Si la France est le pays au monde qui accueille le plus de touristes internationaux, le tourisme ne saurait toutefois être un secteur protégé hermétique à toute mutation. Cela est d’autant plus vrai qu’il est l’un des domaines les plus réceptifs à la digitalisation, à tel point que l’on parle désormais d’«e-tourisme». Alors qu’il représente 7% de la richesse nationale, le secteur est touché de plein fouet par la transformation digitale, ce qui implique une adaptation constante des acteurs de la filière.

2. La mutation des modes de consommation touristique et de distribution

Selon les statistiques les plus récentes, près de la moitié des Français procèderait à la réservation de leurs séjours de loisirs sur internet et près de 80% disent utiliser l’outil digital pour préparer leurs voyages. Par conséquent, l’avènement d’internet a profondément bouleversé l’équilibre traditionnel de l’économie touristique. Il est d’ailleurs peu concevable aujourd’hui de ne pas être présent d’une façon ou d’une autre sur internet, puisque cela rendrait totalement invisible, économiquement et socialement, l’opérateur de séjours de loisirs.

Les modes de consommation induits par la transformation digitale ont principalement impacté la commercialisation et la chaîne de distribution en matière touristique. L’émergence de nouveaux acteurs digitaux, tels que les agences de voyages en ligne, les centrales de réservation, les guides et comparateurs ou encore les moteurs de recherche, révèle une nouvelle logique d’intermédiation, laquelle réoriente les structures physiques traditionnelles vers les opérateurs de l’internet. Dans ce contexte, les voyageurs ne sont plus des sujets passifs. Ils sont devenus des « consomm’acteurs » très informés qui, en amont, recherchent, collectent, comparent les meilleurs prix et, en aval, donnent leur opinion sur les services consommés. Par conséquent, les « consomm’acteurs » doivent bénéficier d’un accompagnement dans leur parcours de réservation. Les opérateurs doivent donc concevoir leur stratégie en contemplation des nouveaux modes de consommation, en offrant aux voyageurs une vision complète et intuitive de l’offre de voyage dans le cadre d’une distribution multicanale.

3. Les logiciels dédiés au tourisme : la solution pour faire face au défi de la digitalisation

Le temps de la digitalisation est plus court que le temps réel. Pour faire face à l’imposante concurrence qui anime le secteur, les opérateurs de tourisme doivent être réactifs et efficaces. Les chatbots voués au tourisme sont par exemple de plus en plus utilisés pour répondre à ces besoins d’immédiateté. Cela suppose aussi notamment de structurer les plannings de réservation, afin de proposer des offres en temps réel et d’adapter les prix en fonction des taux de réservation. La structuration des plannings doit aussi permettre, en interne, de réguler les ressources humaines selon les besoins saisonniers. 

Par ailleurs, les opérateurs de séjours touristiques ne peuvent négliger l’importance de la distribution multicanale, seule manière de parvenir à un modèle de distribution globale permettant de répondre à tous les besoins du voyageur en temps utile.

Les opérateurs ne peuvent également faire l’économie d’un système de communication efficient, conférant une information fiable tant, en interne, pour les opérateurs de tourisme, qu’en externe pour les partenaires et les touristes. Quel avenir aurait un opérateur qui ne pourrait fournir une information sur des offres ou des prix dont la disponibilité n’est pas actualisée en permanence ?
C’est pourquoi, ces dernières années, de nombreuses solutions logicielles ont été développées en ce sens comme les logiciels CRS ou Central Reservation System. Elles ont notamment pour vocation d’optimiser le parcours de réservation, de simplifier la gestion quotidienne, d’améliorer la structure et la circulation de l’information, mais aussi de recueillir les avis des voyageurs et d’assurer leur fidélité. Bien qu’internet ait profondément bouleversé le paysage de l’économie touristique traditionnelle, les outils logiciels en font une opportunité de croissance pour les opérateurs qui sauront les mettre en œuvre. Dans cette perspective, les opérateurs de l’«e-tourisme» ont de beaux jours devant eux.